Démo RiverWizz

Riverwizz est une application mobile dédiée à la navigation fluviale en Europe. Carte GPS interactive avec panneaux, ouvrages d’art, points d’intérêts, alertes…, calcul d’itinéraire, Avis à la batellerie, vigicrue, forum… Tous les services nécessaires à la préparation et à la navigation en eaux intérieures. Couvre les voies navigables de France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, appli en français et anglais.

Un an déjà… une phase de test et un changement de nom plus tard…

Un an déjà que nous avons démarré le développement de l’application.

Une version Alpha de la carte GPS temps-réel a été mise au point rapidement et nous avons pu lancer une première phase de test de River-Map à la fin de l’été 2017. Nous avons recruté des testeurs et fait de très nombreuses et encourageantes rencontres tout au long de cette période.

Bien sûr nous avons eu de nombreux bugs et évolutions à gérer durant tous ces mois, mais grâce à notre équipe de développeurs hors pairs il y a toujours une solution et de bonnes idées à apporter pour parvenir à nos fins.

Nous avons également dû changer le nom de l’application pour Riverwizz. Et nous avons beaucoup travaillé pour finaliser le développement de toutes les fonctionnalités, mettre en place des partenariats, préparer la communication…

Ce qui nous a permis d’avoir une version opérationnelle pour faire un pré-lancement lors du salon fluvial de Saint-Jean-De-Losne, les 21 et 22 avril 2018. Un franc succès pour Riverwizz, qui rencontrait enfin son public avec une version accessible via l’Appstore et Google Play.

 

Aujourd’hui nous sommes toujours en cours de travail pour fournir dès ce début de saison 2018 à tous les usagers des voies navigables intérieures le meilleur service d’aide à la navigation du marché des applications mobiles.

Et nous avons hâtes d’avoir vos retours d’expérience.

Nous vous disons donc à très bientôt pour la suite de nos aventures et vous souhaitons par avance de belles navigations sur nos fleuves et rivières.

 

Mildred et Pierre-Ogier

 

Bientôt la fin des vacances… mais bientôt le début de l’appli River-Map

Bonjour à tous,

Nous sommes sur le retour de la magnifique Bourgogne oˋu nous avons parcouru une partie du Canal du Nivernais.

Tellement calme, bucolique, vert, et plein de charme, sans parler des couleurs du ciel au coucher du soleil… qu’on aurait volontier prolongé notre séjour de plusieurs jours/ semaines/ mois…

Le devoir nous rappelle malheureusement bientôt à la Capitale. Alors nous profitons de chaque jour, avec le temps estival parfait pour ne pas trop y penser… Ajourd’hui nous sommes aux portes d’Auxerre, nous en profitons pour travailler un peu depuis la terrasse du bateau….

 

 

Travailler, car ce ne sont pas que des vacances, il s’agit aussi et surtout de commencer à faire connaitre notre projet d’appli River-Map, le GPS fluvial communautaire auprès des usagers des voies navigables. La sortie complète de l’appli n’est prévue qu’en 2018, mais nous lançons une première phase de test cet été pour le module principal qui sera la carte GPS.

Depuis quelques semaines nous déposons affiches et flyers dans certains ports et haltes de la région, ainsi que dans les ports de l’APPIF (association des Ports de Plaisance Intérieurs Français) partenaire de River-Map. Et nous arborons aussi fièrement notre communication sur notre bateau. Peut-être avons-nous eu le plaisir d’en discuter avec vous cet été en Bourgogne, et de vous compter déjà parmi nos futurs testeurs inscrits.

 

 

 

 

Il nous faut également remplir la carte avec les éléments et infos d’aide à la navigation que nous voulons voir apparaitre sur le GPS (écluses, ports, panneaux de signalisation, dangers, pontons, tirant d’eau, etc). Nous comptons également lors de cette phase de test sur les contributions des usagers pour compléter la carte (alertes, points d’intérêts, photos, compléments d’infos etc), le principe est simple, plus on est nombreux et plus on contribue, plus la carte sera fiable et complète au lancement…

Cette semaine nous sommes dans les strating blocks, nous avons testé la première version de la carte GPS il y a quelques jours, ses affichages et fonctionnalités. C’est très prometteur et agréable à utiliser, nous sommes tout à fait ravis du rendu. Mais comme toute première version, il reste des ajustements et modifications à apporter avant de pouvoir être mise à disposition.

Nous attendons d’ici mi-août un retour de notre équipe de développeurs avec une nouvelle version qui devrait être la bonne, on croise les doigts.

D’ici là, amis marins d’eau douce, n’hésitez pas à vous inscrire si ce n’est pas encore fait, et à en parler autour de vous lorsque votre chemin croisera celui d’un autre navigateur.

 

Bien à vous

 

Mildred et Pierre-Ogier

 

Riverwizz, démo

Boat Traffic

Petite vidéo de trafic fluvial dans le monde.

Paris By-Night

Paris By-Night

Réseau des voies navigables

Le réseau des voies navigables est constitué de l’ensemble des fleuves, rivières et canaux aménagés, équipés et ouverts à la circulation et au transport fluvial.

Le transport par eau (fleuves et canaux) revêt plusieurs avantages : il est très économique car peu coûteux en énergie, il permet de transporter des tonnages très importants, et peu polluant. Ses inconvénients, outre la lenteur d’acheminement dans certains cas, résident dans la faiblesse du réseau des voies navigables très inégalement réparti et dans la nécessité, sauf exceptions, de transports terminaux. Le transport fluvial garde une importance significative pour le transport de marchandises dans les pays dotés d’un réseau des voies navigables bien équipé.

Histoire

Dès le premier quart du xviiie siècle, les voies navigables en Angleterre représentaient 1160 miles, plus aucun point n’étant alors situé à plus de 15 miles d’un transport par eau1, en particulier grâce à une vague d’investissement dans les sociétés de canaux dans les années 1790.

 

Réseaux des voies navigables en Europe

 

Réseau des voies navigables français

Article détaillé : Transport fluvial en France.

Le réseau français de voies navigables est long de 8 501 km. La navigation fluviale y a engendré en 2014 un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros (dont 350 millions pour le seul tourisme fluvial2). Cependant si la France possède le plus long réseau de voies navigables d’Europe2, elle ne l’utilise pas suffisamment notamment pour le transport des marchandises car tout le réseau n’est pas adapté au gabarit et normes européennes et parce qu’il manque des canaux de liaison entre certaines parties du réseau.

Les voies à grand gabarit (plus de 1 000 t) représentent une longueur de 1 800 km, mais sont constituées par des tronçons en impasse, non reliés entre eux. Le projet Seine-Nord Europe vise à relier le bassin parisien au réseau fluvial du Nord et du Benelux par un canal à grand gabarit. Le projet Rhin-Rhône a été abandonné en juin 1997 par Dominique Voynet, Ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement de l’époque. Il pourrait revenir d’actualité par un tracé de la Saône à la Moselle, parallèle au canal des Vosges actuel. La liaison Seine-Est a fait l’objet d’études dans les années 1990, sans suite concrète.

La plus grande partie du réseau, soit 6 800 km a été confiée par l’État aux Voies navigables de France (VNF), mais une partie (environ 1 000 km) a été transférée à des régions et 700 km sont restés sous la gestion directe de l’État. Cependant certaines sections sont gérées dans le cadre de concessions par des syndicats mixtes ou par les ports maritimes.

En l’an 2000, un total de 2 200 péniches et chalands y ont transporté 59 millions de tonnes de produits. D’autre part, le réseau français des voies navigables a été emprunté par 300 bateaux-omnibus (« Bateaux Mouches » est une marque déposée), 1 000 coches de plaisance et 50 000 bateaux de plaisance, au total 8,5 millions de personnes ont effectué une croisière fluviale, plus ou moins longue. La France ne compte que très peu de véritables unités de luxe pour la navigation fluviale alors que la demande est très forte.

Les fonctions du réseau navigable

  1. Transport de marchandises : voies à grands gabarit : Seine, Rhin et grand canal d’Alsace, canal Dunkerque-Escaut, Moselle, Rhône
  2. Tourisme fluvial : canal du Midi, Saône
  3. Prises d’eau et rejets : refroidissement des centrales EDF, prises d’eau des collectivités (région parisienne), prise d’eau agricole (irrigation)
  4. Production d’électricité ; centrales hydroélectriques du Rhône (Compagnie nationale du Rhône) et du Rhin
  5. Protection contre les crues : digues du Rhône, du Rhin…
  6. Loisirs (nautisme, sports…)

Le porteur de projet

«Ma première croisière en famille fut une révélation. Chaque paysage est un spectacle ; on bascule avec douceur dans un autre espace-temps, poétique, bucolique. Pourtant, j’ai eu quelques soucis de navigation, changements de voie et de sens de navigation, panneaux complètement cachés par la végétation, écluses injoignables… Nous sommes aussi passés devant une multitude d’activités annexes sans même les voir (visite de villages, baignades, musées, restaurants, événements..). L’idée de lancer un GPS fluvial et un guide touristique m’est venue instantanément: offrir une vraie plate-forme capable de vous assister pendant toute la navigation et de lier la communauté fluviale, pour rendre l’expérience encore plus magique.

Le tourisme fluvial en Europe

Belgique et Pays-Bas

La Belgique et les Pays-Bas possèdent ensemble un vaste réseau de voies navigables connecté à ceux de la France et de l’Allemagne. C’est bien simple, on peut visiter ces pays à bord d’un bateau de plaisance en empruntant des rivières, des fleuves ou des canaux de dimensions variées qui offrent des haltes dans les villes les plus intéressantes, lesquelles sont toutes reliées les unes aux autres.

La Meuse à Dinant © WBT - J.P. Remy
La Meuse à Dinant © WBT – J.P. Remy

Belgique

Depuis le nord de la France, des canaux jouent un rôle de porte d’entrée en Belgique à Lille et Valenciennes, la première permettant d’accéder à Tournai, la seconde à Mons.

Au départ de Dunkerque, on file le long du littoral de la mer du Nord en direction d’Ostende.

À l’est, c’est par la Sambre qu’on arrive à Charleroi et par la Meuse que l’on atteint Namur. Les trésors de Liège, Bruxelles, Gand ou Anvers sont alors à votre portée par telle ou telle voie. Faut-il rappeler que la Belgique est un plat pays côté Flandres, tandis qu’elle prend un peu de relief en Wallonie ?

© Office de Tourisme de Hollande
© Office de Tourisme de Hollande

Les Pays-Bas

Pénétrer les Pays-Bas en bateau à partir de la Belgique se fait depuis Maastricht.

Célèbre pour ses canaux, environnée de lacs et de dunes, Amsterdam est comme quantité d’autres localités néerlandaises connectée au réseau national, lequel traverse de paisibles paysages champêtres.

Par le Julianakanaal, notamment, les eaux vous mènent à Rotterdam, où un delta forme le point d’arrivée de la Meuse, de l’Escaut et du Rhin. De là, vous pouvez alors remonter le cours de ce dernier vers Utrecht et Arnhem, avant de poursuivre votre route en Allemagne.

Article Le Guide du Routard

LES CHIFFRES CLES DU SECTEUR

Nombre de passagers transportés – 10 millions par an.

Retombées économiques annuelles pour les territoires – plus de 500 millions d’euros de retombées pour les territoires irrigués par an (plaisance, croisière mais hors bateaux promenade) Ces chiffres ne prennent pas en compte la filière des bateaux promenades dont l’impact dans l’économie touristique fluviale est pourtant majeur. Les exemples que sont les villes de Paris et Strasbourg en sont le meilleur reflet de la sous-évaluation des retombées économiques.

Chiffres clés par grandes filières :

Afin de mieux cerner l’évolution de l’activité du tourisme fluvial, Voies navigables de France a ainsi publié récemment des études socioéconomiques par activités. Cette démarche doit permettre aux porteurs de projets publics ou privés, une meilleure compréhension de la dimension économique du secteur, ceci dans le but d’orienter en conséquence leur choix de développement.

  1. Plaisance privée : – Plus de 100 millions d’euros de retombées économiques pour les territoires en 2013 dont 80 millions pour la location de plaisance. – 13 500 unités réparties sur l’ensemble du réseau
  2. Location de bateaux habitables sans permis : – 80 millions d’euros de retombées économiques pour les territoires en 2013 – 362 emplois permanents et 276 emplois saisonniers – 55,6 millions d’euros par an de chiffre d’affaires .Un secteur à haut potentiel Locaboat, Le Boat, Nicols Yacht, Canalou et Rive de France restent les premiers exploitants avec 60 % du parc leur appartenant. Le secteur génère au total environ 500 emplois directs. 31 600 contrats de location vendus en 2008, en croissance chaque année depuis. Parmi les 125 bases en activité, près de 39% possèdent entre 1 et 25 bateaux. Les bases de plus de 34 bateaux connaissent une hausse de leur activité tout en représentant 8% du nombre total de bases. 147 000 passagers transportés en 2009.
  3. Bateliers : 800 professionnels du transport commercial fluvial français. Plus de 2000 étrangers qui empruntent les voies de navigation en France.
  4. Paquebots fluviaux : 400 millions d’euros de retombées économiques pour les territoires en 2015 – 125 paquebots fluviaux naviguent actuellement sur les cours d’eau de l’hexagone – En 2014, ces paquebots ont transporté 373 700 passagers
  5. Péniches-hôtels : 69 millions d’euros de retombées économiques pour les territoires en 2015 –
    21 100 passagers transportés en 2014
  6. Les bateaux promenades : offrent des excursions à la journée avec ou sans restauration. La flotte qui comprend 378 unités, dont 110 en Île-de-France, 34 dans la région Centre-Val de Loire et 33 en Languedoc-Roussillon, a transporté 7,7 millions de passagers dont 5,2 millions en Île-de-France.